Audrey, préparatrice hospitalière 10561


Audrey, a choisi de faire carrière à l'hôpital.

Après avoir obtenu son BP par voie d'apprentissage en officine, elle a préparé, par voie d'alternance, son titre hospitalier au centre de formation de Lyon.

Je vous propose une interview exclusive et la possibilité de lui poser quelques questions sur un sujet ouvert à cet effet dans le forum "Cursus"


 

Audrey, tu viens d'achever ton année de formation à l'hôpital et d'obtenir brillamment ton titre de préparatrice en pharmacie hospitalière au mois d'octobre, comment cela s'est-il passé ?

 

Venant d'une petite commune, lorsque qu'on se retrouve dans une grande ville et, à fortiori, dans une grande fac, on peut prendre légèrement peur mais rien n'est insurmontable et l'on se rend vite compte que la vie à Lyon est plutôt sympa.

Pour me loger j'ai préféré l'hôtel (le B&B) qui se trouve vers la place des « frères lumière » à Monplaisir. J'ai partagé la chambre avec une amie et ça nous a permis de nous soutenir tout au long de cette année.

 

Nous avons la chance de bénéficier d'une carte étudiant et de pouvoir manger au self de l'hôpital d'Edward Herriot avec le tarif réservé au personnel des hospices.

Et côté cours ?

 

En ce qui concerne les cours, le travail est bien présent mais franchement si l'on travaille régulièrement on s'en sort.

 

Le principal est de bien définir ses objectifs pour le travail personnel, de le commencer le plus tôt possible et de le faire lire à un grand nombre de personne (du métier ou non).

 

L'oral est une étape importante, il faut vraiment prépare le travail ainsi que son PowerPoint qui est un bon support de présentation de son travail personnel devant le jury.

 

Il y a des stages durant le cursus, non ?

     
 

 

Oui j'ai fait des stages en stérilisation, en radio pharmacie et un mois en industrie pharmaceutique :

  • La stérilisation : j'ai fait ce stage à l'hôpital de Chambéry où j'ai pu entrer au sein du bloc opératoire et apercevoir une arthroscopie (vraiment impressionnant !)
  • La radio pharmacie : fait parti de la médecine nucléaire, le préparateur manipule des produits radioactifs qui serviront pour divers examens. Dans notre formation, on part trois jours à Saclay (vers Paris) avec des profs pour apprendre la radioprotection et la manipulation des sources radioactives. Puis j'ai fait un stage d'une semaine à la médecine nucléaire de Bonneville où j'ai manipulé de la radioactivité (vraiment intéressant).
  • Le stage en industrie : je l'ai fait dans l'alimentaire car les laboratoires pharmaceutiques ne sont pas friands des stagiaires. Je trouve que ce stage est une perte de temps pour nos employeurs et nous freine dans l'avancée de notre travail personnel.

 

Vous avez du soutien ?

 

Tout au long de l'année nous sommes encadrés par des personnes à notre écoutent ( Mme Mosnier, Mme Intilla et Mme Pomel).

 

Les intervenants sont ouverts à toutes nos questions, les échanges entre intervenants et élèves sont généralement interactifs. La communication est mise en avant tout au long de cette formation.

 

Aucun regret ?

 

En conclusion, je peux dire que c'est une année qui demande beaucoup d'investissement tant sur le plan professionnel que sur le plan personnel (vie privée, financièrement…).

 

Au niveau relationnel, elle nous apporte de nouvelles connaissances, des personnes qui viennent de divers départements, de grands ou petits hôpitaux avec des méthodes de travail différentes. Il peut naturellement y avoir des tensions elles sont souvent dues au stress ou à une mauvaise interprétation d'une situation.

 

Je ne regrette pas cette année, même les moments difficiles resteront finalement de bons souvenirs, maintenant c'est que du bonheur !

 

Pour les futurs étudiants de Lyon je livre quelques bons plans :

 

  • Trouver le « Petit Paumé » : c'est le livre qui permet d'avoir tous les bons plans de Lyon.
  • L'Ayers Rock à Hôtel de Ville : bonne musique, bonne ambiance, c'est un bar australien.
  • Le Rouge Tendance : restaurent où la déco est sympa mais pour certain la bouffe est moyenne.
  • Les bouchons lyonnais : rue des marronniers à Bellecours.
  • Haggëndas : place des Terreaux vers Hôtel de Ville.
  • El Sombrero : restaurant mexicain dans Lyon 1 rue Pizay, avec un tarif étudiant.

 


ManagerManager Publié le : Lundi 20 février 2006 @ 21:38:32

Annonces de Pro
logo_atp2.png
Activité du site

Pages vues depuis 2003 : 604 561 072

  • Nb. de membres 15 271
  • Nb. d'articles 356
  • Nb. de forums 31
  • Nb. de sujets 9
  • Nb. de critiques 46

Top 10  Statistiques