L'hiver et la peau sèche

(4494 mots dans ce texte )  -   lu : 33805 Fois     Page Spéciale pour impression

Une formation proposée par :

  • sophieserena pour lui laisser un message cliquez sur son pseudo

mail.gif

Rapporter une erreur

Vous voulez soutenir notre projet?

Adhérez

L'hiver et la peau sèche

L'hiver s'est installé, le froid aussi. Pour affronter les basses températures, vous mettez votre doudoune, vos gants, votre écharpe ?

Et votre peau ? Protégez-la du froid !

La sècheresse cutanée

La peau est constituée de trois couches distinctes: l'hypoderme, le derme et l'épiderme.

C'est l'épiderme, la partie externe de la peau, qui aide à conserver l'hydratation* du corps.

L'épiderme est en effet composé de plusieurs couches de cellules qu'une mince pellicule d'huile protège contre la déshydratation*. C'est cette pellicule qui régularise en partie les pertes d'eau.

On peut dire qu'il existe trois grands types de sècheresses cutanées :

- Les peaux sèches innées (les ichtyoses).

- Les peaux sèches constitutionnelles (la dermatite atopique).

- Les peaux sèches naturelles, acquises (dues au vieillissement, au mode de vie, au froid…).

1. Les ichtyoses

Maladies génétiques, elles correspondent à une hypertrophie de la couche cornée (hyperkératose). De cette hyperkératose résulte une desquamation exagérée avec présence de pellicules sur la peau. Le traitement passe par l'apport local de kératolytiques et d'émollients. C'est une forme de sécheresse qui s'aggrave l'hiver. Elle se caractérise, surtout sur le devant des jambes et les avant-bras, par une apparence d'écailles de poissons. On peut en atténuer les symptômes avec des hydratants*.

2. Les peaux sèches constitutionnelles (la dermatite atopique).

La dermatite atopique est la plus fréquente des dermatoses inflammatoires. La couche cornée est poreuse et favorise donc une évaporation excessive de l'eau à la surface cutanée (xérose) et de plus permet la pénétration dans l'épiderme de molécules environnementales. L'inflammation cutanée est permanente. La peau sèche est constante, constitutionnelles, associée à un prurit. L'utilisation d'hydratants* adaptés contenants de lipides représente le traitement de fond de la maladie, permettant de restaurer une fonction barrière normale. Les poussées d'eczéma seront-elles traitées par des dermo-corticoïdes sur les zones inflammatoires.

3. Les peaux sèches acquises

Ce sont les plus fréquentes des peaux sèches. Pendant l'hiver, cette barrière est sans cesse agressée par le froid, le vent, le soleil ou le chauffage excessif. Résultat: les pertes d'eau sont importantes et la peau perd sa souplesse et son élasticité. Une peau sèche ou déshydratée est une peau qui manque d'humidité. Cela provoque un inconfort, avec sensations de tiraillement, et une certaine rugosité. C'est un problème non pathologique qui touche à peu près tout le monde, à tout âge, à des degrés divers. La peau peut devenir déshydratée quelles que soient ses caractéristiques génétiques : grasse (fortes sécrétions sébacées) ou non, épaisse ou fine, sensible (allergique à certaines substances) ou pas. Le problème se présentera différemment sur le visage, les mains, les pieds et le corps, parce que l'état de la peau de ces régions dépend de facteurs comme sa structure, la quantité de glandes sudoripares et sébacées ainsi que la fréquence d'exposition aux éléments.

L'hiver, outre les mains gercées, les humains à la peau blanche et fragile connaissent souvent un assèchement prononcé de la peau sur l'ensemble du corps, auquel la médecine donne le nom de « prurit hivernal » (l'expression anglaise Winter itch ou « démangeaison d'hiver » est plus évocatrice).

Les facteurs aggravants

  • L'exposition au soleil. Les rayons ultraviolets frappent même en hiver, particulièrement lorsqu'ils sont reflétés par le soleil. Lorsque vous prévoyez être longtemps dehors, n'oubliez pas d'appliquer une crème solaire.
  • Les températures très froides, car il y a moins d'humidité dans l'air.
  • Le chauffage en hiver et le manque d'humidité à intérieur. Les endroits surchauffés peuvent augmenter la sécheresse de la peau. Gardez la température intérieure autour de 20 °C et utilisez un humidificateur.
  • La pollution.
  • L'eau chaude, qui dissout les huiles naturelles de la peau.
  • Le bain : pendant l'hiver, il est préférable de prendre des douches ou des bains de courte durée (pas plus de dix minutes) en utilisant une eau tiède plutôt que chaude. Essayez de vous limiter à deux ou trois bains par semaine en alternant avec des douches.

Les précautions à prendre au niveau cosmétique

  • Évitez les savons déodorants et choisissez plutôt un savon gras ou un gel hydratant.
  • Les produits moussants pour le bain peuvent aussi contribuer à la sécheresse de la peau. Si vous tenez absolument à ajouter quelque chose dans l'eau du bain, optez plutôt pour un produit à base d'huile. Après le bain ou la douche, essuyez-vous en tamponnant, sans frotter, et appliquez une lotion hydratante sur la peau encore humide, ce qui en facilitera l'absorption.
  • Évitez les lotions nettoyantes ou astringentes à base d'alcool.
  • L'application de la crème hydratante pour le visage doit être régulière (matin et soir) et doit être précédée d'un démaquillage rigoureux du visage.
  • Et n'oubliez pas vos lèvres; elles sont particulièrement sensibles à la sécheresse. Appliquez régulièrement un baume pour les lèvres.
  • Si vos occupations vous obligent à vous laver souvent les mains, appliquez une crème hydratante plusieurs fois par jour.

Les conseils supplémentaires

  • Boire au moins huit verres d'eau par jour. (Selon la plupart des experts, c'est la quantité qu'il faut pour garantir à l'organisme l'hydratation* dont il a besoin pour toutes ses fonctions, dont l'entretien de la peau. Or certaines boissons déshydratent plus qu'elles n'hydratent. C'est le cas notamment du café, du thé, des boissons gazeuses avec caféine et de toutes les boissons alcooliques.) Par contre, vous pouvez abuser des tisanes « nature » ou agrémentées de miel ou de citron.
  • Une alimentation saine et variée : toutes les sources de vitamines et d'acides gras essentiels sont à privilégier. A consommer sans modération : les fruits, les légumes, les soupes et potages, les jus de carottes, de tomates, les cocktails de fruits frais, les céréales, le poisson…
  • En complément des ressources apportées par l'alimentation, il est intéressant d'utiliser des compléments alimentaires riches en acides gras essentiels, en huile de bourrache, d'onagre, en vitamines de toutes sortes.


Page Suivante




Retour à la sous-rubrique :

 Autres publications de la sous-rubrique :


Utilisateurs
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe :
PerduInscription

Actuellement :
Visiteur(s) : 16
Membre(s) : 2
Total :18
Annonces de Pro
pharexcel_logo1.png



logo_atp2.png



logo_atp2.png
Partenaire
Librairie
Réussir son transfert d'officine
Nouveau

Réussir son transfert d’officine, dernier titre de la collection « Les essentiels du pharmacien », permet de préparer au mieux son projet de transfert dans une optique de sécurisation...



30,00 € 28,50€ TTC