Index du forum »»  L'installation »» pharma deficitaire

pharma deficitaire#5607

6Contributeur(s)
youpla2nhl1967zamaievJM_RefaloElGringopoussin_arverne
4 Modérateur(s)
ManagerWhoopsBixente64bultus
youpla2 youpla2icon_post
Comment évaluer le prix du pharmacie déficitaire? CA correct mais surcharge en personnel flagrant (+ de 20% du CA....). C'est une pharma a fort potentiel, mais qui nécessiterait certains remaniements pour la remettre a l'equilibre...mais qu'est ce qu'elle vaut puisqu'elle a le bec dans l'eau dans sa situation actuelle?....je pars du principe qu'on achete pas un potentiel...merci pour vos avis
nhl1967 nhl1967icon_post
Salut à toi,

Est-ce que tu peux nous en dire plus sur cette affaire : nous communiquer des éléments chiffrés par exemple ?
youpla2 youpla2icon_post
c'est une officine =1m euros a peu pres, charges personnel 200 ke, ebe 7.5ke avec un resultat a -5000e (tous ces resultats en chute libre depuis deux ans alors que la situation de la ville, l'environnement concurrentiel n'a pas changé depuis longtemps).
Autre question: lors du rachat d'un fond, on rachete ausi les emprunts....question: la valeur d'achat doit etre diminuer de la valeur des emprunts, comment on gere ces soucis d'emprunts?
zamaiev zamaievicon_post
Avant toute négociation c'est au vendeur de licencier !
nhl1967 nhl1967icon_post
Pour avoir de tels frais de personnels, je suppose que ce pharmacien est installé depuis longtemps et qu'il a fini de payer sa pharmacie . Comme le dis zamaiev, pour t'éviter des tracas administratifs et financiers, c'est au pharmacien vendeur de faire des remaniements du personnel .

Est-ce que t'as une idée sur les raisons de cette baisse de résultats ?

Acceptes-tu de nous dire quel est le prix demandé par le vendeur ?
youpla2 youpla2icon_post
moui pharmacien installé depuis longtemps et très absent et plus motivé, non groupé, avec du personnel de "confort" et une politique de prix pas vraiment en accord avec l'environnement social et pharmaceutique...je pense que ça explique sa politique et les résultats qui en decoulent ....
Pour ce qui est du prix, je te dirai ça la semaine prochaine, on doit se voir pour en discuter....c'est pour cela que j'ai sollicité vos avis et remarques pertinentes....Un bilan avec un CA honorable mais en chute libre, un résultat négatif, un EBE plus que faible et des charges colossales, m'a un peu déconcerté.
JM_Refalo JM_Refaloicon_post
Citation : zamaiev

Avant toute négociation c'est au vendeur de licencier !

Attention ! ceci n'est pas autorisé par le code du travail.
C'est l'acheteur qui doit faire les licenciements économiques en prouvant que ceux-ci sont nécessaires à la survie financière de l'entreprise,
le déficit étant un argument important dans ce sens.
Ce qui est possible : mettre une clause dans l'acte de vente disant que c'est le vendeur qui prendra en charge tous les frais de ces licenciements.

Maintenant, je ne parle pas du problème humain qui est derrière... l'acheteur étant plutôt impuissant à ce sujet pour ce cas.
Jean-Michel Refalo


Message édité par : PharmaGuideur / 30-01-2008 14:36

ElGringo ElGringoicon_post
"C'est l'acheteur qui doit faire les licenciements économiques en prouvant que ceux-ci sont nécessaires à la survie financière de l'entreprise, le déficit étant un argument important dans ce sens."

Le motif économique peut être établi avant la vente aux vues des résultat de l'entreprise ce qui permet de justifier les licenciement avant toute signature de compromis bien sur.

Je ne comprends pas la notion de déficit dans le cadre d'un rachat ?
Il y a justement dans ce cas toute opportunité de recapitalisation lors de la cession, et les difficultés financières ne sont plus établies mais putatives.
Le licenciement n'est alors pas plus autorisé !

Quand à la clause concernant le cout des licenciements, il est difficile de la maitre en oeuvre, car le vendeur s'engage alors à régler les yeux fermés toutes les dépenses liées à ces licenciements sans pouvoir gérer directement cette situation et je ne parle pas du fait que cet engagement doit être quantifié au préalable.
El Gringo
poussin_arverne poussin_arverneicon_post
Citation : PharmaGuideur 

Citation : zamaiev

Avant toute négociation c'est au vendeur de licencier !

Attention ! ceci n'est pas autorisé par le code du travail.
C'est l'acheteur qui doit faire les licenciements économiques en prouvant que ceux-ci sont nécessaires à la survie financière de l'entreprise,
le déficit étant un argument important dans ce sens.
Ce qui est possible : mettre une clause dans l'acte de vente disant que c'est le vendeur qui prendra en charge tous les frais de ces licenciements.


On lui a dit 100 fois, mais il n'arrive pas à l'assimiler :-? !
Poussin

"Pour se faire des ennemis, il n'est pas nécessaire de déclencher la guerre, il suffit de dire ce que l'on pense"
Martin Luther King
ElGringo ElGringoicon_post
ATTENTION
Les Propos n'engagent que ceux qui les tiennent !


Les licenciements réalisés par l'acquéreur sont tout aussi proscrits que ceux réalisés par le vendeur sauf dans le cas ou le vendeur a un véritable motif économique à faire valoir.

Les employés en Pharamcie connaissent de mieux en mieux leurs droits.

"La Cour de cassation en 2 arrêts successifs le 29 mai 2001 vient de mettre, nous l'espérons, un frein à une méthode de gestion qui se généralisait lors de la vente des officines.

Pour faire face aux échéances d'emprunt, les acheteurs ne trouvent d'autres ressources que la baisse de la masse salariale en proposant des baisses de temps de travail imposées voir en décidant des licenciements secs pour motifs économiques ou les deux à la fois.

Le 29 mai, par les arrêts n°2437 et 2447 , la cour de cassation sociale vient de rendre plus difficile ces pratiques intolérables .

N°2437. Un préparateur est licencié par une société qui gère une officine.

Une première décision de la cour d'appel avait déclaré qu'il n'y avait pas de cause réelle ni sérieuse.

La décision de licencier avait été liée au fait que les nouveaux propriétaires de l'officine étaient tous les deux pharmaciens. Or une réorganisation de l'entreprise ne peut constituer un motif économique, si elle n'est pas liée à des difficultés économiques ou à des mutations technologiques, que si elle est effectuée pour sauvegarder la compétitivité de l'entreprise .

Selon les juges, cette réorganisation avait pour but de réaliser des profits supplémentaires pour répondre aux exigences de la banque qui avait financé l'acquisition du fonds.

N°2447. Un salarié de la pharmacie est licencié pour motif économique.

Les raisons invoquées: la charge des emprunts et l'obligation d'embaucher un pharmacien assistant supplémentaire. Comme dans l'arrêt précédent la Cour de Cassation Sociale a confirmé la décision de la cour d'appel en décidant que le licenciement était sans cause réelle ni sérieuse. Elle considérait donc que l'employeur avait pris le risque d'un endettement important qu'il était le seul à devoir assumer, peu importe d'ailleurs qu'il ait été dans l'obligation d'embaucher un pharmacien assistant. N'a pas de cause sérieuse le licenciement d'une personne alors qu'un autre salarié a été embauché dans le même temps.

Il faut bien sûr attendre la convocation à l'entretien préalable, recueillir les explications de l'employeur sur les causes réelles du licenciement et faire part, à cette occasion et avec l'aide du conseiller du salarié de vos remarques éventuelles.

Alors à ceux qui pensent que l'EBE retraité peut se batir à coup de dégraissages, prévoir aussi le financement des indemnités prud'hommales.

Le rachat d'un fond implique la reprise de seulement et uniquement 2 choses, le contrat de location des murs s'il existe et les contrats de travail c'est tout mais c'est pas mal déjà.
El Gringo
poussin_arverne poussin_arverneicon_post
Tu nous saoûles franchement avec tes litanies, Gringo. Tu crois tout savoir, mais tu répond souvent à côté de la plaque. Désolé de te le dire, mais de mon point de vue, ta présence diminue grandement la qualité de ce forum.

La réponse de Phramaguideur était la bonne :

- il s'agit d'un pharmacie déficitaire, dont la rentabilité est en chute libre. Un plan social global est donc malheureusement nécessaire pour consever la compétitivité économique de l'officine et les emplois restant. Et c'est bien l'acheteur qui est le mieux placé pour réaliser ce plan social, vu que l'acheteur à décider une autre tactique : vendre. Et c'est son droit.
- on est loin du licenciement pour "confort personnel" !
Poussin

"Pour se faire des ennemis, il n'est pas nécessaire de déclencher la guerre, il suffit de dire ce que l'on pense"
Martin Luther King
zamaiev zamaievicon_post
Citation : poussin_arverne 

On lui a dit 100 fois, mais il n'arrive pas à l'assimiler :-? !
 

Des remarques comme ça tu te les gardes . Merci.

poussin_arverne poussin_arverneicon_post
Citation : zamaiev 

Citation : poussin_arverne 

On lui a dit 100 fois, mais il n'arrive pas à l'assimiler :-? !
Poussin

"Pour se faire des ennemis, il n'est pas nécessaire de déclencher la guerre, il suffit de dire ce que l'on pense"
Martin Luther King
 

Des remarques comme ça tu te les gardes . Merci.

Poussin

"Pour se faire des ennemis, il n'est pas nécessaire de déclencher la guerre, il suffit de dire ce que l'on pense"
Martin Luther King
 


C'était pourtant pour te rendre service Zama : toi qui recherche à t'installer, c'est l'une des chosse les plus imporantes à enregistrer !
Poussin

"Pour se faire des ennemis, il n'est pas nécessaire de déclencher la guerre, il suffit de dire ce que l'on pense"
Martin Luther King
zamaiev zamaievicon_post
Citation : poussin_arverne 

Tu nous saoûles franchement avec tes litanies, Gringo. Tu crois tout savoir, mais tu répond souvent à côté de la plaque. Désolé de te le dire, mais de mon point de vue, ta présence diminue grandement la qualité de ce forum.

La réponse de Phramaguideur était la bonne :

- il s'agit d'un pharmacie déficitaire, dont la rentabilité est en chute libre. Un plan social global est donc malheureusement nécessaire pour consever la compétitivité économique de l'officine et les emplois restant. Et c'est bien l'acheteur qui est le mieux placé pour réaliser ce plan social, vu que l'acheteur à décider une autre tactique : vendre. Et c'est son droit.
- on est loin du licenciement pour "confort personnel" !
 

Je ne suis pas toujours d'accord avec toi El Gringo, mais ta présence est utile au forum.
Alors nous voila en face d'une pharmacie en très mauvaise position financière et il n'y aurait pas la possibilité de licencier, il faut attendre quoi le dépôt de bilan ? Quand je pense qu'en Indus on est licencié pour incompatibilité d'humeur en moins d'une heure et on prié de quitter les lieux sans jamais revenir dans l'heure ! , qu'on fait un plan social et une délocalisation de tous les postes alors que la croissance et les bénéfices sont à 2 chiffres années après années...C'est légal ça ?
Bon je ne suis pas expert, pharmaguideur à certainement une expérience de la jurisprudence que je n'ai pas (ça m'intéresse pas) mais en tout cas je peux te donner un conseil d'ami : si tu doit licencier n'achètes pas.

PS : Quand j'ai parlé de licenciement sur ce post ou un autre je parlais bien sur de départs négociés.
poussin_arverne poussin_arverneicon_post
Lorsque qu'une entreprise est en difficulté économique, qu'on a la possibilité de sauvegarder des emplois par un plan social, celui doit être mis en oeuvre. C'est légal, quelquesoit la taille de l'entreprise ou le secteur d'activité.

Il est vrai qu'il éxiste des négociations entre certaines grosses boîtes (pour des plans sociaux majeurs) avec l'Etat (type : "je te promets de conserver 20 000 emplois si tu me laisses en délocalier 4 000"). Mais il existe aussi des grosses boîtes qui perdent des procès aux Prud'Hommes pour licenciement abusif (peut-être plus que des Pharmacies ?).

Dans le cas dont on parle maintenant, il ne fait pas l'ombre d'un doute qu'un plan social passera comme une lettre à la poste. Avec 20 % de frais de personnel (le double de la moyenne nationale), un résulat négatif et une chute du CA, y'a malheureusement pas photo. Je pense que les salariés s'en doutent ...
Poussin

"Pour se faire des ennemis, il n'est pas nécessaire de déclencher la guerre, il suffit de dire ce que l'on pense"
Martin Luther King
Annonces de Pro
logo_atp2.png
Librairie
Réussir son transfert d'officine
Corinne Daver,François Pouzaud

Toutes les règles à respecter pour réussir son projet de transfert d'officine. Idées clés, encadrés sur la réglementation à connaître, témoignages et conseils vous éclaireront sur la démarche à suivre. Succès garanti !



30,00 € TTC
Activité du site

Pages vues depuis 2003 : 628 827 207

  • Nb. de membres 15 626
  • Nb. d'articles 373
  • Nb. de forums 31
  • Nb. de sujets 9
  • Nb. de critiques 46

Top 10  Statistiques