Index du forum »»  L'avenir du métier de pharmacien adjoint »» Travailler dans un établissement de santé ne va bientôt plus être possible pour les officinaux...

Travailler dans un établissement de santé ne va bientôt plus être possible pour les officinaux...#13761

42Contributeur(s)
Bouillon-blancpharma-espoirami89parmentierpoussin_arverneGaliennepadaOneriepFeltonalicia227PoLoGwADaPharmayCzeorcaAprilMarchFinou44PharmaFCyebbjrbultussouchaireFarmacienmichelmannso0306nono2010gg26kanissephlostdescours123Doc35MCG92tinoo_49PharmaHpaletuviersEl_TotoFrenchpharmpseudomonasAsproManagerJames_Patagueulpopiette2voClaude-BernardmrpharmacienPharmArgentt
4 Modérateur(s)
ManagerWhoopsBixente64bultus
Finou44 Finou44icon_post
Citation : pseudomonas 

Je ne comprend pas pourquoi les officinaux sont contre ce décret et parle de corporatisme.


Je ne pense pas que les officinaux soient contre ce décret, même si en toute logique l'unicité du diplôme permettait jusqu'au diplômés de 2014 d'exercer dans les PUI (petites et privées en général).
Ce sont les ex-officinaux exerçant en PUI qui sont contre ce décret qui les montre du doigt, et remet en cause leurs compétences acquises au prix de beaucoup de travail pour palier les lacunes d'une absence d'internat et de longues années d'expérience pour certains.




Finou44 Finou44icon_post
Citation : pseudomonas 

Je trouve ce décret juste car avec les spécificités du métier de pharmacien hospitalier (traçabilité des MDS, traçabilité des DMI, informatisation, CBU, reconstitution des cytologiques...) et les exigences actuelles en particulier en terme de certification de l'HAS l'internat me parait indispensable pour un exercice de qualité en PUI


De plus les ex-officinaux travaillant en PUI travaillent rarement dans les pharmacies de CH/CHU à des postes très pointus comme les cytotoxiques ou de la sté...
Quand au CBU et à la certif, je n'ai pas le DES mais j'ai mené avec succès le pilotage du circuit du médicament pour la v2014, réussie haut la main et avec les félicitations des experts-visiteurs. :b
PharmaH PharmaHicon_post
Chez nous la sté et les cyto sont gérés depuis toujours par des pharmaciens officinaux avec des anciens internes sous leurs ordres et ça ne pose aucun pb d'ego mal placé car nos des respectent l'expériences et les competances de leur gérants avec ou sans des
Finou44 Finou44icon_post
Sinon concernant le décret, il semble que les versions contradictoires alternent, et quand une partie obtient quelque chose de la DGOS, l'autre partie le fait enlever de suite.
Bref, ça n'avance pas et on ne sait toujours pas où on va... :paf
Czeorca Czeorcaicon_post
Finou, dis moi d'où tu tiens tes sources? De l'adiph, tu t'es abonné? Franchement moi j'ai payé un an la cotisation et puis j'ai arrêté, je trouvais que ça tournait en rond et que les docs proposés étaient toujours accessible par un autre moyen.
Finou44 Finou44icon_post
Non, pas de l'Adiph, je suis abonnée mais actuellement c'est assez le calme plat à ce sujet.
Je les tiens d'un intermédiaire qui est à la table des négociations quant à la réécriture du décret, mais pour l'instant au final il n'y a rien de concret semble-t-il. :#
Czeorca Czeorcaicon_post
Un article dans Hospimédia ce matin. Et bien pour une fois que la pharmacie hospitalière fait du bruit...



La révision du décret d'exercice en pharmacie à usage intérieur suscite toujours une vive opposition


Publié le 29/12/16 - 17h59 - HOSPIMEDIA

Pharmaciens et internes ont rappelé leur opposition aux mesures modificatives proposées par la DGOS concernant l'exercice et les modalités de remplacement en pharmacie à usage intérieur. Mi-décembre, fruit de la concertation, de nouvelles propositions leur ont été faites. Et la dernière mouture ne convainc toujours pas...

Le Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers et pharmaciens hospitaliers (SNPHPU) s'oppose à toute modification du décret relatif aux conditions d'exercice et de remplacement au sein des pharmacies à usage intérieur (PUI). Le syndicat a réaffirmé sa position, par la voix de son président, après avoir eu connaissance, mi-décembre, d'un nouveau projet de décret rédigé par la DGOS. "Les propositions faites aujourd'hui bafouent les principes fondamentaux du fonctionnement des PUI et nous ne pouvons les accepter", a indiqué à Hospimedia Michel Guizard.

Le précédent décret, publié le 9 janvier 2015, prévoit que seuls les pharmaciens titulaires du diplôme d'études spécialisés (DES) de pharmacie pourront exercer en PUI, à compter du 1er janvier prochain. Cet été, constatant des difficultés et l'émergence d'inquiétudes dans la profession, la DGOS avait annoncé une modification du texte actuel (lire ci-contre). L'objectif ? "Éviter que des professionnels se retrouvent sans emploi et certaines pharmacies sans pharmaciens pour assurer la continuité du service", expliquait-elle alors. Une nouvelle période de concertation s'est ainsi ouverte avec les professionnels concernés. Le texte proposé mi-décembre est le fruit de cette concertation.

Report d'application de quelques jours
Ce nouveau texte prévoit le report de la date d'application du décret au 9 janvier 2017. Il notifie le maintien de l'exigence de deux années d'exercice en PUI au cours des dix dernières années pour obtenir une autorisation d'exercice sans DES. "S'il remplit ces conditions, [le professionnel] conserve la possibilité d'exercer en PUI jusqu'à la fin de sa carrière", note la DGOS. Mais le texte introduit aussi une mention donnant la possibilité de prise en compte des périodes d'exercice sous un statut d'associé. Une manière d'inclure dans la démarche les praticiens à diplôme hors Union européenne ayant exercé sous ces différents statuts. Possibilité est également donnée aux internes d'assurer le remplacement de pharmaciens gérants de PUI, de manière encadrée : à la fois par la signature d'une convention d'assistance pour que l'interne puisse faire appel à un pharmacien de plein exercice dans la PUI en cas de difficulté ; mais aussi par la limitation de la durée maximale de remplacement par un interne. Il est en outre proposé la création d'une commission permettant l'examen des situations qui ne remplissent pas les critères automatiques d'autorisation d'exercice mais qui en seraient proches. Cette dernière version, dont Hospimedia s'est procuré copie, ne convainc toujours pas, ni les professionnels en exercice, ni les étudiants en pharmacie.

"Le décret de 2015 avait fait l'objet d'une large concertation entre toutes les parties prenantes et avait abouti à un accord", relate Michel Guizard. Et le président du SNPUPH de rappeler qu'il convient de considérer l'ensemble des pharmaciens et non seulement le "stock" en exercice. "Certains pharmaciens remplissent les critères et sont pourtant au chômage. Il faut considérer la profession dans sa globalité", précise t-il. Le SNPUPH s'était déjà "étonné" des mesures contenues dans l'instruction transitoire.

Les internes opposés à la commission
Même étonnement du côté des internes. Le 16 décembre, la Fédération nationale des syndicats d'internes en pharmacie et biologie médicale (FNSIP-BM) se prononçait en faveur d'un décalage de l'application du texte. Mais il s'opposait clairement à la mise en place d'une commission dérogatoire. "Des mesures dérogatoires pour les non titulaires de DES sont déjà prévues dans le texte initial. [...] Cette commission ne résoudra pas les problèmes de remplacement des pharmaciens gérants mis en exergue ces dernières semaines", explique la fédération. Elle propose en revanche l'accès au remplacement de pharmaciens gérants par les internes en pharmacie — un point qui est donc retenu pour l'heure par la DGOS —, la revalorisation du salaire des pharmaciens hospitaliers, particulièrement pendant les remplacements et, enfin, l'augmentation du nombre de postes de pharmaciens hospitaliers. "Les exigences actuelles de santé publique en termes de sécurisation du circuit du médicament font qu'un hôpital, quelle que soit sa taille, ne peut fonctionner avec une PUI fermée et une PUI ne peut rester ouverte sans présence effective d'un pharmacien", conclut-elle.
Aspro Asproicon_post
régulariser les gens qui sont en poste et permettre à ceux qui ont déjà exercer en PUI avant le 1er septembre 2016 de revenir en PUI s'ils le souhaitent est la décision la plus morale!!!! Arrêtons de discuter pour rien
Pas de conditions quelconques de durée ou formation, les pharmaciens hospitaliers, officinaux ou autre sont assez intelligents pour savoir ce dont ils ont besoin pour exercer leurs fonctions ( DU, formation continue...)
Finou44 Finou44icon_post


Publié le 29/12/16 - 17h59 - HOSPIMEDIA

Pharmaciens et internes ont rappelé leur opposition aux mesures modificatives proposées par la DGOS concernant l'exercice et les modalités de remplacement en pharmacie à usage intérieur. Mi-décembre, fruit de la concertation, de nouvelles propositions leur ont été faites. Et la dernière mouture ne convainc toujours pas...
 


Et on va traîner longtemps comme ça??? C'est délétère pour tout le monde!


Le Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers et pharmaciens hospitaliers (SNPHPU) s'oppose à toute modification du décret relatif aux conditions d'exercice et de remplacement au sein des pharmacies à usage intérieur (PUI). [...] "Les propositions faites aujourd'hui bafouent les principes fondamentaux du fonctionnement des PUI et nous ne pouvons les accepter", a indiqué à Hospimedia Michel Guizard.  


Je ne suis pas sûre que cet éminent (et je n'en doute pas) PU-PH connaisse réellement les réalités du terrain des établissements privés...




Ce nouveau texte prévoit le report de la date d'application du décret au 9 janvier 2017. Il notifie le maintien de l'exigence de deux années d'exercice en PUI au cours des dix dernières années pour obtenir une autorisation d'exercice sans DES. "S'il remplit ces conditions, [le professionnel] conserve la possibilité d'exercer en PUI jusqu'à la fin de sa carrière", note la DGOS.
 


2 ans, mais plus ETP? Je ne suis pas bien sûre... la FHP avait demandé d'enlever la notion d'ETP, la DGOS l'avait accepté mais ça a été maintenu au final.


Il est en outre proposé la création d'une commission permettant l'examen des situations qui ne remplissent pas les critères automatiques d'autorisation d'exercice mais qui en seraient proches. Cette dernière version, [..] ne convainc toujours pas, ni les professionnels en exercice, ni les étudiants en pharmacie.
 


Donc on va mettre sur la touche des gens qui donnent entière satisfaction mais qui auront simplement 22 ou 23 mois d'ETP au 9.01.17? Stupide!
Quand on exerce à 0.5 ETP, il faut 4 ans d'exercice pour satisfaire au décret! ça veut dire qu'un pharmacien embauché au 1er mars 2013, qui est pharmacien gérant, va être mis à la porte pour quelques malheureuses heures!!!!



"Le décret de 2015 avait fait l'objet d'une large concertation entre toutes les parties prenantes et avait abouti à un accord", relate Michel Guizard.
 


Concertation entre la FNSIP, le SNPHPU et le Synprefh, tous d'accord, mais a-t-on réellement posé la question aux pharmaciens sans DES???

Bref, encore une situation sclérosée qui va traîner.... :paf
PharmaH PharmaHicon_post
S'ils ne trouvent pas de terrain d'entente le blocage risque de durer longtemps et n'oublions pas qu'un nouveau gouvernement sera là dans 6 mois..ce decret ne resistera pas a un gouvernement de droite..ces syndicats corporatistes jouent leurs derniéres cartouches ...tel une bête blessée qui donne des coups de corne dans tous les sens..pathétique..
parmentier parmentiericon_post
Citation : Finou44 



Concertation entre la FNSIP, le SNPHPU et le Synprefh, tous d'accord, mais a-t-on réellement posé la question aux pharmaciens sans DES???

Bref, encore une situation sclérosée qui va traîner.... :paf  


Effectivement, les pharmaciens non DES en poste dans les PUI (et ils sont nombreux) ne semblent pas conviés à la table des négociations..., bien qu'ils soient les plus concernés. Il est vrai que c'est plus facile de les virer sans leur demander leur avis... Quelle confraternité et bienveillance!!! C'est vraiment amoral et lamentable: le pharmacien non DES en poste CDI a mi-temps depuis 3 ans a pu par exemple contacter un crédit pour acheter sa maison et il va se retrouver viré (car sans les 2 ans temps plein). Par contre, l'interne en pharmacie DES, quand il a passé le concours, il savait que le DES n'était pas exclusif...Le DES peut le devenir, mais sans effet rétroactif

Cette histoire, révélatrice du fonctionnement de "dominants/puissants" de la pharmacie, est en tout cas très mal gérée. Les syndicats de PU-PH universitaires de pharmacie n'avaient pas imaginé que le tarissement des remplaçants pour les PUI risquait de mettre à mal le fonctionnement de plusieurs centaines de PUI, et donc celui des cliniques dans lesquelles elles se trouvent. Il y a ici un vrai risque pour la santé publique ( à faire remonter auprès des pouvoirs publics et des médias?), pour une sombre histoire de corporatisme et de rente (car le pharmacien non DES n'a pas volé son poste: rien n'interdisait à un interne DES de postuler et d'obtenir ce poste à sa place...).

Mais les pharmaciens non DES vont-ils pouvoir se faire entendre et comment?



parmentier parmentiericon_post
Citation : Czeorca 

Et le président du SNPUPH de rappeler qu'il convient de considérer l'ensemble des pharmaciens et non seulement le "stock" en exercice. "Certains pharmaciens remplissent les critères et sont pourtant au chômage. Il faut considérer la profession dans sa globalité", précise t-il.




Et le SNPUPH qui semble demander plein d'internes dans les PUI n'est-il pas parmi les premiers responsables de l'exces de formation d'internes DES et des tensions ensuite sur le marché de l'emploi? Il est vrai que nous avons ici affaire à des syndicats de PH titulaires dans le public, inamovibles et absolument non concernés par toute difficulté sur le marché de l'emploi et qui veulent régenter le fonctionnement du privé...
PharmaH PharmaHicon_post
Tu te doutes bien que nous contesterons avec la plus grande force tout licenciement devant les tribunaux ...mais cela n'arrivera pas car la loi n'est pas retroactive et on ne peut retirer ce que l'on a donnè a un salarié..l'ordre et l'etat ont validé et autorisé ces contrats ces salariés pourraient demander réparation pour préjudice .pour perte d'emploi..tout le monde se rend compte que ce decret contient une enorme betise ..il n'y à rien de deshonorant à reconnaitre son erreur..
parmentier parmentiericon_post
Je ne suis pas expert en droit... Je me demande si la non-rétroactivité ne concerne pas strico sensu uniquement le droit pénal. Pour le droit du travail ou le droit civil, je me demande si elle ne peut pas s'appliquer, même si cela n'est pas du tout équitable. Les normes évoluent dans plein de domaines et il faut les appliquer. Pour les PUI, s'il faut avoir le DES ou 2 ans temps plein d'ancienneté, tous ceux ne remplissant pas ces criteres/normes pourraient être licenciés pour insuffisance professionnelle car ne respectant pas les nouvelles normes... Je ne pense pas que cela pose des problèmes de conscience aux promoteurs du décret... Ce qui pose problème, c'est (1) qu'il n'y aura pas forcément un interne DES pour prendre le poste (d'ou risque de fermeture de la PUI et problème de santé publique) et (2) les remplacements (ce ne sont pas les internes en formation qui sur leurs 5 semaines de congés annuels pourront effectuer tous les remplacements), d'ou pas de remplaçants et de nouveau problème de santé publique.

Ce sont ces problèmes de santé publique qui interpellent l'ordre, la DGOS et les ARS, pas l'avenir personnel des pharmaciens non DES concernés; c'est néanmoins gràce à ces problèmes de santé publique que les pharmaciens non DES pourraient obtenir gain de cause (réécriture complète du décret dans un sens qui leur soit favorable), s'ils arrivent à se faire entendre. Une réécriture du décret est à mon sens préférable à des démarches pour contester les licenciements...



Message édité par : parmentier / 30-12-2016 16:31

PharmaH PharmaHicon_post
Ce principe est valable aussi pour le droit du travail et la loi des contrats..des contrats legalement formés ne sont pas impactés par une loi nouvelle..c'est le principe de securité juridiques et de la théorie des droits acquis..tu penses bien que sinon a chaque changement de gouvernement un paquet de fonctionnaires seraient deja dehors..
PharmaH PharmaHicon_post
Sur ce principe nous ferons annuler tout nouveau décret qui bafouerait cette notion fondammentale ...je rappelle que ces contrats ont été validés acceptés aprés le 1er janvier 2015 par l'ordre et les ars, donc par l'etat..
Czeorca Czeorcaicon_post
Pour ce qui est des remplacements par les internes, il parlait, pour les internes ayant + de 5 semestres, d'utiliser la journée de formation hebdomadaire. Mais je suis d'accord, ça risque de faire maigre. Ce qu'il faut pour les remplacements c'est les rendre plus "sexy", et ce n'est pas qu'un problème de décret, en regroupant des PUI et en offrant des salaires un peu plus motivant. Du coup je pense que bien plus de pharmaciens préféreraient faire des rempla.

Il faut quand même voir que les conventions FHP et FEHAP ne reconnaissent pas le DES de Pharmacie actuellement, alors que les grilles des biologistes et des médecins prennent en compte ces DES. Mais bizarrement la FHP est contre la reconnaissance du DES de Pharmacie, à votre avis pourquoi? Pour défendre leur pharmaciens actuellement en poste? :#

Ah au fait au passage Finou sur la grille FEHAP51 tu devrais être au minimum au coeff 1097 étant donné que tu dois être chef de service.

Message édité par : Czeorca / 30-12-2016 15:28

parmentier parmentiericon_post
Citation : Czeorca 

Ce qu'il faut pour les remplacements c'est les rendre plus "sexy", et ce n'est pas qu'un problème de décret, en regroupant des PUI et en offrant des salaires un peu plus motivant. Du coup je pense que bien plus de pharmaciens préféreraient faire des rempla.


Message édité par : Czeorca / 30-12-2016 15:28

 


Voila bien un objectif caché du décret: "regrouper les PUI", en sachant qu'un regroupement des PUI pourrait conduire au final à une diminution du nombre total de pharmaciens exerçant en PUI (avec peut être un zeste de plus de pharmacien DES internes) et sans le service de proximité assurée par les PUI actuelles... La solution c'est notamment d'adapter le numerus de formation des internes au nombre de débouchés réels, pas d'en former plein, puis ensuite d'essayer de trouver à tout prix des solutions pour les caser...
parmentier parmentiericon_post
Citation : Czeorca 

Pour ce qui est des remplacements par les internes, il parlait, pour les internes ayant + de 5 semestres, d'utiliser la journée de formation hebdomadaire.

Message édité par : Czeorca / 30-12-2016 15:28

 


C'est curieux: l'esprit de la journée de formation hebdomadaire, c'est de se former et d'avoir des activités universitaires, pas d'aller travailler dans les PUI privées. En plus utiliser sa journée de formation pour aller travailler dans le privé, je ne suis pas sur que cela soit légal (l'interne est payé par l'hopital public le jour des formations pour aller se former, pas pour aller bosser dans le privé...). Bref, cela ressemble un peu à du grand n'importe quoi...

Message édité par : parmentier / 30-12-2016 16:29

Czeorca Czeorcaicon_post
Citation : parmentier 

Citation : Czeorca 

Ce qu'il faut pour les remplacements c'est les rendre plus "sexy", et ce n'est pas qu'un problème de décret, en regroupant des PUI et en offrant des salaires un peu plus motivant. Du coup je pense que bien plus de pharmaciens préféreraient faire des rempla.


Message édité par : Czeorca / 30-12-2016 15:28

 


Voila bien un objectif caché du décret: "regrouper les PUI", en sachant qu'un regroupement des PUI pourrait conduire au final à une diminution du nombre total de pharmaciens exerçant en PUI (avec peut être un zeste de plus de pharmacien DES internes) et sans le service de proximité assurée par les PUI actuelles... La solution c'est notamment d'adapter le numerus de formation des internes au nombre de débouchés réels, pas d'en former plein, puis ensuite d'essayer de trouver à tout prix des solutions pour les caser... 


Pas forcément regrouper les PUI, mais organiser les PUI afin de permettre des exercices multi-sites à temps plein.
Pour le numérus des internes je suis d'accord avec toi, il doit être diminué, mais cela arrange beaucoup trop de monde qu'il soit haut. Par contre là ou je ne te suis pas c'est que tu ne sembles jamais reconnaitre le fait que le DES est aujourd'hui la meilleure formation à l'exercice en PUI et qu'en cela il doit être reconnu comme obligatoire pour exercer en PUI.
Annonces de Pro
logo_atp2.png
Activité du site

Pages vues depuis 2003 : 630 096 475

  • Nb. de membres 15 650
  • Nb. d'articles 374
  • Nb. de forums 31
  • Nb. de sujets 9
  • Nb. de critiques 46

Top 10  Statistiques