Modéré par : Manager chat Bixente64 bultus 
Index du Forum » » Salaires » » salaire d'un pharmacien titulaire ???
Auteursalaire d'un pharmacien titulaire ???
mmathieu
13   

mmathieu
  Posté : 27-01-2009 17:09

Voici une question que tous les étudiants en pharmacie se posent....
mais quel est donc le salaire d'un pharmacien titulaire ??? (avant et après remboursement d'une officine)
environ... peut-être aurais-je une réponse à cette question tabou...
merci de me répondre... !


  Profil  
ElGringo
2331       

ElGringo
  Posté : 27-01-2009 18:26

Mais il n'y a aucun tabou !

Grosso Modo, dis toi que l'EBE, la "marge nette" est d'environ 10% du Chiffre d'affaire. (entre 8 et 14%)

Le pharmacien qui n'est plus endetté a pour lui Grosso Modo cet EBE.

S'il est fortement endetté, une grosse partie sert à rembourser le Capital emprunté, donc n'est pas utilisable pour être dépensé.

Grosso Modo il peut ne lui rester que 2% du Chiffre d'affaire pour vivre, hors progression forte du CA donc de l'EBE en valeur.

Le CA moyen d'une pharmacie en France est de 1.5M€ et le CA médian est de 1.3M€.

Certains font 500K€ d'autres 3 à 4 M€ ! les plus grosses à plus de 10M€

Tu prends 10% (8 à 14% comme bornes) et tu obtiens les revenus du titulaire (à partager si plusieurs).

En Moyenne de chez moyenne c'est 120K€ annuel.

Mais comme il faut acheter le fonds qui est vendu 8.4 fois l'EBE en moyenne 2007, cela veut dire que les 8.4 premières années servent à payer le vendeur (et je raisonne hors imposition !)

Donc 120K€ sur lesquels tu payes ton impôt sur le revenu.

Donc très variable et surtout faible pendant la phase de remboursement de l'emprunt.

Par contre à la revente, tu récupères (si cela perdure) la valeur de ton fonds de commerce, donc 1.5M€ valorisé en moyenne France 2007 à 91% !!

El Gringo


Message édité par : ElGringo / 27-01-2009 18:31


  Profil  
SB69
1114       
 Modérateur

SB69
  Posté : 27-01-2009 19:40

A l'unique condition que personne ne change la règle de ce jeu, à savoir le prix de vente indéxé sur le CA et non autre chose...


www.pharmaticien.com
Et sur Twitter : @Pharmaticien

  Profil  www  
ERNAM
936      

ERNAM
  Posté : 28-01-2009 09:47

A cette question, je réponds souvent : "ben le SMIC du pharmacien titulaire!" et les gens sont soit comme ça soit comme ça

Sinon la moyenne est efffectivement à 120 k€ annuels.

J'en discutais avec mon commercial répartiteur une fois et il me disait que bcp d'acquéreurs raisonnaient plus en terme de rémunération qu'en terme de capitalisation maintenant (enfin ça s'adresse surtout à de gros outils de travail) et qu'ils n'hésitaient pas à refinancer leur emprunt pour avoir plus de cash à leur disposition.

  Profil  
ramses2
3042       

ramses2
  Posté : 28-01-2009 10:09

eh oui, il vaut mieux" un tient, que deux tu l'auras"!!

  Profil  
mmathieu
13   

mmathieu
  Posté : 29-01-2009 18:36

"En Moyenne de chez moyenne c'est 120K€ annuel.

Mais comme il faut acheter le fonds qui est vendu 8.4 fois l'EBE en moyenne 2007, cela veut dire que les 8.4 premières années servent à payer le vendeur (et je raisonne hors imposition !)

Donc 120K€ sur lesquels tu payes ton impôt sur le revenu. "


J'ai un peu de mal à me rendre compte de ce que cela veut dire... en gros 120KE annuel, sa veut dire le salaire brut annuel, ou je retire la
cotisation de l'emprunt (tant que la pharmacie n'est pas remboursée) et je retire environ 20% pour passé à un salaire net... et je retire le prix du fond de commerce en plus ???? (cest la ou j'ai décroché 8,4fois l'EBE)... en gros ça fait combien par mois ? 5000-6000E net grossomodo après remboursement pour une pharmacie moyenne ??? (sans compter l'imposition)


Ptite question bonus = en moyenne sur combien de temps se fait un prêt pour l'achat d'officine aujourdhui ???


  Profil  
Whoops
4097       
 Modérateur

Whoops
  Posté : 29-01-2009 18:57

Pour le moyen qui est endetté, ça fait 120k - remboursement de l'emprunt - impôt (et 20% c'est très optimiste à ce niveau).

Cependant, il y en a beaucoup pour qui actuellement l'officine moyenne est trop chère en 1ère installation. Donc pour les revenus que l'on aura, il vaudrait mieux commencer par regarder ce qu'on peut acheter et donc s'intéresser à son apport et la région que l'on vise.

Sinon, l'emprunt s'étale généralement sur 12 ou 15 ans.

  Profil  
ElGringo
2331       

ElGringo
  Posté : 29-01-2009 19:44

Moyenne de 120 K€ avant impôts bien sur, grosso modo 10% du CA, donc si CA 1M€ => 100K€ si CA 2M€ => 200K€ si CA 4 M€ => 400K€

L'imposition dépend de ta structure familiale, mais 20% tu confond avec le brut et le net de charges sociales.

un célibataire en 2006 :

100 K€ c'était 28 600 Euros d'impôts

200 K€ c'était 67 300 Euros d'impôts

400 K€ c'était environ 190 000 Euros d'impôts.

Après tu pondères à la baisse avec femme(s) et enfant(s)

Et tu n'oublie pas le capital à rembourser à la banque tous les ans !

l'EBE sert à rembourser le capital, payer les impôts et récupérer de la monnaie.

La quotité annuelle de capital remboursé à la banque est fonction du montant emprunté et de la durée !

Dans les prêts classique à échéances constantes elle progresse à mesure que les intérêts diminuent, et c'est là que ça coince, plus de monnaie ! et même de l'argent à réinjecter pour boucler l'année, sans prélever un sou !

Paramètres du credit:
Montant de l'emprunt: 1000000 euros
Durée du pret: 144 mois
Taux annuel du crédit: 4 %
Assurance mensuelle: 0 %
Mensualité du crédit : 8755.28

Capital 12 premiers mois : 66 270
12-24 mois : 68 970
24-36 mois : 71 779 .... etc.

Tu entrevois la difficulté dès l'année 4-5-6 si le CA stagne !

C'est linéaire / au montant de l'emprunt, tu peux donc extrapoler.


Message édité par : ElGringo / 29-01-2009 19:56


  Profil  
loulou77
2000       

loulou77
  Posté : 29-01-2009 23:05

sauf qu'avec la généralisation des sel, le revenu ne sera plus de 120000 k euros........
loulou77


  Profil  
loulou77
2000       

loulou77
  Posté : 30-01-2009 09:04

si demain ouverture capital, ça sera un coeff 600 amelioré pour gérance 50h par semaine, pas top ..............


  Profil  
ElGringo
2331       

ElGringo
  Posté : 30-01-2009 09:32

Les problématiques des SEL n’influent pas directement le salaire moyen des titulaires. (Désolé Loulou 77)

Je m’explique :

Le salaire moyen des titulaires résulte pour une large part (le 2.1%) du marché du médicament et du nombre de titulaires, extrapolable au nombre de licences, nonobstant la faculté d’association à impact minorant.

Les SEL ne modifient pas vraiment le salaire moyen, mais par contre impactent directement de façon négative le salaire médian.

En effet, la création de SEL diminue les revenus du gérant puisqu’il ne possède pas la totalité du fonds et augmente les revenus du partenaire « financier » puisqu’il lui permet d’acquérir du Chiffre d’Affaire complémentaire par rapport à sa première officine en pleine propriété.

Cela concentre les richesses et intéresse particulièrement les titulaires les plus argentés.

Les SEL ont enclenché le phénomène de dissociation du capital officinal et du revenu salarial issu de l’exercice personnel du métier de pharmacien.

Les SEL abaissent la médiane, l’ouverture du Capital abaissera la moyenne, engendrant l’arrivée d’intervenants externes à rémunérer.

La conjonction des deux phénomènes tel que souhaité par certains, facilement identifiables, concentrera l’officine dans les mains de quelques titulaires associés à quelques partenaires financiers au détriment d’un exercice officinal personnel et libre.

Seule l’abrogation du numerus clausus à l’installation, annihilant ce cadre protecteur à l’abri duquel se développent ces pratiques, peut garantir à l’avenir un libre exercice à chacun.

Les jeunes diplômés ne seraient plus contraints d’accepter les montages en SEL tels que nous les connaissons, pour beaucoup seule alternative pour accéder au « titulariat », ils pourraient soit s’installer soit négocier réellement, car moins nombreux du coup, leur participation dans des SEL ou dans des chaines.


El Gringo

Message édité par : ElGringo / 30-01-2009 09:43


  Profil  
loulou77
2000       

loulou77
  Posté : 07-02-2009 23:15

mais attention el gringo je raisonne pour celui qui travaille en gérance, et pas pour ceux qui investissent en faisant travailler les autres.
mon raisonnement est bon, demain ouverture du capital : 4 ou 5 grosses institutions vont se partager le marché. donc ce qui augmente aujourd hui les revenus de ceux qui investissent dans des sel, demain ce raisonnement ne sera plus puisqu ils auront vendus à des institutions.
loulou77


  Profil  
ElGringo
2331       

ElGringo
  Posté : 08-02-2009 11:28

Mais c'est bien sur !

Nous ne sommes pas partis sur la même longueur d'onde.

Je ne pensais pas au salarié gérant, car pour moi, ce n'est pas un titulaire mais un salarié, qui effectivement touchera un salaire, mais ne sera pas maître chez lui et fera comme dans d'autres pays où le système est déjà en place.

A ce propos, il est à noter que le corrolaire du niveau de rémunération des titulaires, 120K€ en moyenne, est le niveau de rémunération des assistants, confrères par ailleurs, qui oscille entre coeff 400 et coeff 600, et qui est bien loin du niveau de rémunération des pharmaciens officinaux salariés que l'on rencontre dans les pays anglosaxons où les chaines et le salariat officinal est la règle.

Ce changement sera, l'on peut en être certain, au détriment des aspirants titulaires qui ne pourront plus l'être, avec les revenus escomptés à la clef qui s'envolent, mais à l'avantage des pharmaciens salariés, à priori de la classe des moins fortunés, qui verront leur travail revalorisé, car quand l'officine appartient à des non pharmaciens, il n'en demeure aps moins qu'il faut des diplômés pour faire tourner la boutique.

El Gringo


Message édité par : ElGringo / 08-02-2009 14:51


  Profil  
loulou77
2000       

loulou77
  Posté : 08-02-2009 17:46

certains pays nordiques payent plus que correctement leurs salariés gérant, c'est vrai, mais ça les "emmerde", parce que ça touche à la rentabilité des investissements exterieurs à l officine, donc tant qu il ya penurie de gerance c'est bon, mais si le marché du travail sature, alors là, retour à la case départ, càd de coeff 500 à 600 mais pour un bon 50h de moyenne par semaine.
pour resumer, el gringo, j espère que tu as raison, mais il y a bcq trop de variables pour en être sur.

loulou77


  Profil  
ElGringo
2331       

ElGringo
  Posté : 08-02-2009 17:56

Certes les variables sont nombreuses, mais je me suis apercçu que généralement quand la filière est moins bonne, les prétendants sont moins nombreux.

Et je reste persuadé que entre autre, les étudiants choisissent pharma pour son coté profession libérale et pour cette possibilité qu'est l'installation comme titulaire, dès que les anciens auront revendus à des chaines, il y aura moins de monde à le FAC et moins de potentiels pharmaciens officinaux, sans parler des reconversions ...

Non ?

El Gringo

  Profil  
loulou77
2000       

loulou77
  Posté : 08-02-2009 18:07

en fait, les prix élevés actuels qui ceci dit en passant "partent en sucette", sont possible que si les facs sont pleines, de ce côté là t as raison, si les facs se vident avec changement mode d exercice, les prix s effondrent, privilège au métier et revalorisation de la gerance.
loulou77


  Profil  
ElGringo
2331       

ElGringo
  Posté : 08-02-2009 18:12

Les chiffres interfimo 2009 sur les cessions 2008 sont bientôt là, à pondérer par le fait qu'ils concernent des ventes effectivement réalisées, donc des prix "négociés" en moyenne 5 mois avant.

Le début du retournement date de juillet 2007 qui marque l'apothéose du marché, mais l'accélération de la chute, par le simple fait de 'application des nouveaux critères banquiers ne remonte qu'à septembre 2008, donc ne sera visible au BODAC qu'à partir du second trimestre 2009.

Le pivot central de cette crise, son origine profonde est la création massive d'argent "disponible, par recours massif au crédit, sans plus aucune connexion avec le facteur principal et essentiel de tout emprunt qu'est le risque.

Le retour à la prise en compte du rique est essentiel pour comprendre le blocage qui à mise à jour les pratiques de ces 25 dernières années et qui nous conduit à cette situation de blocage et dont la notion restera présent pour de nombreuses années.


El Gringo


Message édité par : ElGringo / 08-02-2009 18:19


  Profil  
Sauter à :

Utilisateurs
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe :
PerduInscription

Actuellement :
Visiteur(s) : 49
Membre(s) : 0
Total :49
Librairie
Convention collective commentée
Anne-Charlotte Navarro

Le droit du travail vous semble complexe ?
Vous avez besoin d'y voir plus clair par rapport aux textes de la Convention collective nationale de la pharmacie d'officine ?
Découvrez pour chaque article, un commentaire détaillé qui vous aidera au quotidien à encadrer vos relations avec votre employeur ou vos salariés.

30,00 € TTC