Modéré par : Manager Bixente64 SB69 bultus 
Index du Forum » » Cas de comptoirs » » depression
Auteurdepression
Agate91
368      

Agate91
  Posté : 22-03-2012 17:48

Je viens de refuser un tube de diprosone à un client régulier.

Apparement il y a 2 pharmacie de la ville d'à côté qui lui donne.......

Mais ma frequentation augmente comme quoi le serieux est apprecié (je me dis ca pour me remonter le moral).

Agate

  Profil  
ERNAM
936      

ERNAM
  Posté : 22-03-2012 18:01

Si tu lui en as déjà délivré, et que c'est un gars sérieux, pourquoi pas le dépanner!

Après si tu lui en as jamais donné et qu'il ya pas d'historique, tu n'as pas de regrets à avoir!

  Profil  
ami89
850      

ami89
  Posté : 22-03-2012 18:12

C'est un médicament de la Liste I qu'on ne peut pas délivrer sans ordonnance et utilisé n'importe comment, il comporte pas mal d'effets indésirables, surtout avec un dermocorticoïde fort.

"Apparemment": certains clients peuvent inventer n'importe quoi pour se procurer des médicaments. Et puis, s'il a eu un dépannage une fois, il a l'occasion de consulter pour les prochaines fois.

Donc pourquoi déprimez-vous?

  Profil  E-mail  www  
cookysprinter
695      

cookysprinter
  Posté : 22-03-2012 20:34

nous ne devons pas nous laisser aller dans le dépannage sinon c est la porte ouvert a tout et n importe quoi ...


  Profil  E-mail  
Aleatoire
601      

Aleatoire
  Posté : 22-03-2012 21:03

Citation : ERNAM 

Si tu lui en as déjà délivré, et que c'est un gars sérieux, pourquoi pas le dépanner!



Exemple 1 (de mon maitre de stage) : une patient ultra connu qui lui demande de dépanner un stilnox, il dépanne, le lendemain le mari dépose la boite vide sur le comptoir...

Exemple 2 : une amie m'a demandé de lui dépanner son antidépreseur, pris chaque mois chez moi. Je dis non (en pensant à mon maitre de stage) on retrouve une ordo renouvellable donc finalement ça va. Le lendemain, tentative de suicide...

Vous me direz, ce sont des psychotropes c'est pas pareil que des corticoides topiques. Je pense que c'est prendre de mauvaises habitudes autant pour soi que pour le patient.

On ne sait pas ce que fait le patient après la délivrance, on ne peut pas le savoir. Notre seul défense c'est le respect du cadre légal qui légitime notre position de gardien des substances vénéneuses.

  Profil  
ami89
850      

ami89
  Posté : 22-03-2012 21:19

Palme de la bêtise (cas véridique vu le mois dernier à l'hôpital) --> une patiente de 80 ans, sans médecin traitant avec comme traitement habituel (sans prescription donc):
- Lexomil 4 cp / J (2 - 0 - 2). 4 et non pas 4 * 1/4.
- Un autre psychotrope (je ne suis pas sûr, je crois que c'était le Séresta).

Un bon pharmacien traitant pour qui HPST n'apporte rien de nouveau.

  Profil  E-mail  www  
Aleatoire
601      

Aleatoire
  Posté : 22-03-2012 22:33

Dans le genre exercice illegal de la medecine : patiente qui vient demander un monuril sans ordo et qui repart (apres mon refus) avec une fluoroquinolone sur 5 jours + pro biotiques + canneberge du poste du patron

  Profil  
ami89
850      

ami89
  Posté : 22-03-2012 22:38

Pas de bandelettes urinaires? Mais c'est scandaleux!

Pour en revenir aux dermocorticoïdes, cas déjà vu d'euphorie sous Dermoval.
Je crois que ce n'est pas pour rien que les fabricants demandent à ne pas dépasser un certaine posologie.

  Profil  E-mail  www  
bebinette44
24   

bebinette44
  Posté : 17-04-2012 21:28

bonjour à tous!

Dans l'officine où je travaille, on avance dans certains cas des anxio ou somnifères, mais à la condition qu'il y ait un historique ET on n'avance que le nombre de comprimés jusqu'au rendez-vous. Quand y'en a pas de prévu dans la semaine, c'est nada. Bon, on a un immense avantage : on fait régler les avances (si, si) et on rembourse les gens quand ils régularisent. Ils le font vite, d'ailleurs....étonnant, non?Du coup, les abus sont rares.

Pour les dermocorticoïdes, c'est pas une urgence, donc, c'est non. Une fois, je me suis faite insulter par un monsieur qui voulait de la diprosone. J'ai fini par lui expliquer que quand y'a un cadre rouge, j'ai pas le droit de le donner comme ça, et lui ai demander "quand le feu est rouge, vous passez? non? ben moi, pareil, quand le cadre est rouge, je veux une ordo!" Ca l'a un peu calmé, et il est revenu 2 jours après avec sa petite ordo!

Après, je me suis déjà vu aller demander des explications à mon patron qui avait avancé du Celebrex à un monsieur à qui j'avais refusé l'avance 15 min plus tôt....quand y'a pas le soutien du titulaire...

  Profil  
dakaru
591      

dakaru
  Posté : 17-04-2012 21:34

ce qu' il y a de rigolo et de jouissif quand on accepte d' avancer ( hors anx et somni et compagnie)un médoc et qu' on annonce le prix ( avec remboursement dès que ordo revient),c'est 9 fois sur 10 la réflexion...ben je vais me débrouiller il m' en reste encore une plaquette...

-Ni aigrie, ni envieuse car responsable de ma propre vie-

  Profil  
cpvxo
375      

cpvxo
  Posté : 18-04-2012 07:51

ce que dis dakaru est vrai!!!

  Profil  
lilou006
5  

lilou006
  Posté : 20-05-2012 16:44

c 'est clair quand on n'a pas le soutien du titulaire c'est vraiment dur!!!!!!!!!! on passe pour un attardé mental ! surtt quand c'est celui-ci qui a conseillé de lui même un medicament listé a un patient et qu'il vous le redemande derrière ....pfff vivement que je trouve ailleurs....défois je me sens seule au mondeeee

  Profil  
potarde17
287     

potarde17
  Posté : 20-05-2012 17:59

Nous, on commence par demander à la personne si elle a un RV prévu et quand. En expliquant que si c'est dans + d'une semaine, le client ne pourra jamais "retomber sur ses pieds" : le problème se posera de la même façon dans 1 mois, puisqu'il lui manquera 1 semaine de traitement.
On n'avance d'une manière générale que les médocs pour les maladies chroniques (diabète, coeur, HTA, etc).
Pour les anxios, hypno, antidépresseurs : seulement qqs comprimés jusqu'à la date du RV. C'est grave aussi d'arrêter un antidépresseur, donc c'est notre démarche. (risque de rechute sérieuse, voire de TS)
Personnellement, cela me convient bien. On rend service mais intelligemment (à mon avis).
Non au "n'importe quoi" ! Une Diprosone, ce n'est pas vital, il ne va pas mourir le client, juste se gratter un peu, il n'a qu'à prendre de l'Onctose en attendant, on a des cortisones délistées après tout.
Et pour la Ventoline ? vous en pensez quoi ?



  Profil  
Avlocardyl
59    

Avlocardyl
  Posté : 20-05-2012 18:52

potarde, quand vous avancez quelques comprimés : que faites-vous du reste de la boite ? Vous la stockez en attendant son retour avec l'ordo et c'est à ce moment que vous lui délivrez le reste de la boite ?

Ventoline : pour ma part si crise, je dépanne. S'il lui en reste pas mal et que c'est juste qu'il a "pas le temps" d'aller voir le médecin, c'est non

  Profil  
potarde17
287     

potarde17
  Posté : 20-05-2012 18:57

Oui, on garde la boîte en attente de la prescription, et on régularise et donne le reste quand le patient revient avec son ordo.
Ca fonctionne plutôt bien, toujours régularisés.
Cela dit, ça reste très très occasionnel. Et seulement bien sûr si nous avons un historique, et pas d'alerte (genre "attention aux renouvellements trop rapprochés") sur la fiche client.



  Profil  
lilou006
5  

lilou006
  Posté : 20-05-2012 19:48

mais du coup potarde17 même s'ils n'ont pas encore pris rdv, vous refusez systématiquement même s'il s'agit d'un traitement chronique??? en tout cas c'est vrai que c'est pas mal de déconditionner ça les oblige à venir régulariser car beaucoup lorsqu'ils on les médicaments on ne les revoit pas avant un bout de temps!!!!! faut trouver le juste milieu pour ne pas mettre "en danger" le patient et en même temps le responsabiliser c'est ça qui est dur

  Profil  
potarde17
287     

potarde17
  Posté : 20-05-2012 20:20

Si, si bien sûr on les dépanne, on ne laisse pas un patient sans son traitement pour le coeur ou le diabète repartir sans médicament, mais on insiste pour qu'il prenne un RV rapidement. Ca marche le + souvent, il y en a tjs quelques uns qu'on appelle quand le dossier est tjs en attente au bout de 15 jours !
Mais dans l'ensemble c'est assez satisfaisant comme technique. Je suppose qu'il n'y a pas de solution idéale, c'est aussi un peu du coup par coup. En ne mettant pas les patients "en danger" comme tu le dis, mais en leur expliquant que c'est leur responsabilité et qu'ils doivent se prendre en charge : une chose qui n'est pas toujours gagnée comme on le sait


  Profil  
Sauter à :

Utilisateurs
Bonjour, Anonyme
Pseudo :
Mot de Passe :
PerduInscription

Actuellement :
Visiteur(s) : 30
Membre(s) : 0
Total :30
Librairie
L'urgence à l'officine
3ème édition

Indispensable !

L’officine est considérée par le grand public comme un poste de premiers secours permanent. Le pharmacien doit être en mesure de répondre à des situations d’urgence auxquelles il n’est pas toujours formé...

48,00 € TTC